La rémunération de l’auteur : où s’arrête la définition du blogueur ?

La dernière émission du Buzzomètre débattait autour de la question suivante :

Le blogueur est-il un élément d’un plan média ? Si oui, doit-il être rémunéré pour son travail ?

 Voici la liste des intervenants :

  • Gildas Launay, Directeur Associé de Next-Idea,
  • François Garcia, Directeur Général de X-Prime
  • Mathieu Morgensztern, Directeur Général de EuroRSCG 4D et Président de l’AACC
  • Gonzague Dambricourt, blogueur et instigateur de la fronde contre les mauvaises pratiques sur les billets sponsorisés

Les prises de position des invités sur ce sujet furent diverses et contradictoires. Je ne vais pas vous résumer l’émission, je vous invite donc à la visionner.

Buzzomètre #3 : La monétisation des blogs from mry on Vimeo.

Peut-on rémunérer un blogueur ? Si oui, dans quelles conditions ?

La position de l’AACC est claire : on peut rémunérer un blogueur pour la publication d’un billet sponsorisé : ce dernier doit donner connaissance au lecteur de caractère commercial du billet par l’inscription de la mention « billet sponsorisé» systématiquement.
L’AACC souhaite encadrer les pratiques et éviter les dérives sur l’utilisation commerciale des blogueurs. 

Ma position sur le sujet est plus radicale que celle de l’AACC :

Je ne préconise pas le billet sponsorisé tout simplement car rémunérer en numéraire un blogueur, afin qu’il dise du bien de notre marque ou qu’il vante les mérites de notre produit, dénature et décrédibilise le blogueur.

Le blogueur, par essence, est une personne libre de ses opinions, avis et prises de position. Le blogueur devient intéressant pour les marques à mesure qu’il acquiert une influence, que son e-reputation s’accroit, que son audience gonfle…. Cette popularité se construit par la pertinence du contenu qu’il propose avec une libre expression.
« Acheter sa plume » ne me semble pas être une stratégie pertinente et peut entrainer des dommages collatéraux :

  • Déclin de l’influence du blogueur par la dévalorisation du contenu sponsorisé
  • Image de marque brouillée, perte de confiance par les consommateurs

Certains me diront que les lecteurs « indisposés » par les billets sponsorisés n’ont qu’à tourner la tête et ne pas lire le contenu : je leur réponds simplement que les blogueurs sponsorisés se tirent eux mêmes « une balle dans le pied ». Votre audience s’est construite par votre contenu, elle s’écroulera par le contenu tiers (billets sponsorisés).

Je comprends que certains blogueurs acceptent les billets commerciaux afin de faire vivre leur blog : cela peut leur permettre de continuer la publication sur leur blog de contenus dépourvus d’intérêts mercantiles. Seulement, la généralisation de ce type de pratiques transformera « ces blogueurs » en supports médias de régies publicitaires (achat d’espace comme le dit François Garcia dans son interview). Une marque achètera donc de la présence rédactionnelle sur un blog comme elle achètera des insertions presse dans des canards ou des magazines.

L’appellation commune RP 2.0 qui désigne les actions des marques, envers la blogosphère notamment, porte bien son nom : on tente d’intéresser le blogueur par divers moyens (invitation, envoi d’échantillons ou de produits…) afin que celui parle positivement de notre produit ou notre marque. Ma définition des RP 2.0 donne au blogueur une totale liberté d’action vis avis de ma marque, qu’elle soit positive ou négative : à moi de faire en sorte qu’il parle de ma marque et que son opinion soit positive… sans acheter l’opinion !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s