Le web sémantique par Facebook et l’histoire de l’enfant qui n’aimait que le steak-haché purée

Avant propos :
Ce billet traite de Facebook et de ses potentiels dangers. Je ne suis pas un Facebook septique, je suis au contraire émerveillé par ce service, ses potentialités, son expansion…
Facebook n’est qu’un outil, mais il permet de tisser du lien, de favoriser les échanges, de soutenir et développer des actions. Facebook tire aujourd’hui parti de sa popularité, de la globalisation de son audience par la diffusion de son modèle sur la toile (sites tiers) via l’Open Graph Protocol : c’est l’objet de ce billet.

Ce n’est un secret pour personne, Facebook a présenté, à l’occasion de la conférence F8, destiné aux développeurs, une nouvelle série de fonctionnalités qui vont « révolutionner » le monde numérique.
Je souhaiterai aborder la notion de web sémantique et les fonctionnalités que Facebook souhaite déployer en ce sens.
Je laisserai à d’autres le soin de définir le web sémantique, pour concentrer ma réflexion sur le web sémantique by Facebook.

 
Pour mieux cerner cette évolution, je laisse la parole à Mark Zuckerberg :
« Par exemple, si vous aimez un groupe sur Pandora, cette information peut devenir un élément du Graph, de façon à ce que la prochaine fois que vous visitez un site dédié aux concerts, il soit capable de vous dire quand le groupe que vous aimez viendra près de chez vous. Open Graph est en mesure de participer à la création d’un Web plus intelligent, personnalisé, qui tire le meilleur de chaque action effectuée ».

 
Discussion avec mon ami Jérôme sur la sémantisation du web avec Facebook

– « Ok, si j’ai bien compris, Facebook va lier mes centres d’intérêt aux sites que je visite qui proposeront à leur tour un contenu personnalisé, selon ma volonté mes centres d’intérêts.

– Dis moi, cela a l’air super cette nouvelle avancée technologique, non ?

– Avancée technologique, t’y vas un peu fort !! Lis ce billet de Fred Cavazza qui traite de la sémantisation de Facebook et qui t’en apprendra sur le sujet. Et laisse moi te raconter une petite histoire.

L’histoire du gamin qui n’aimait que le steak-haché purée

Lucas, 6 ans, est un enfant plutôt mignon, quoique doté d’un caractère bien trempé. Il vit à Toulouse depuis son plus jeune âge avec Laura, sa jeune maman.
Depuis qu’il est en âge de parler et de comprendre des choses, Lucas est assez directif et borné dans ses envies. Il a décrété qu’il n’aimait que le steak-haché purée. Sa mère a tenté les premiers temps, en vain, de lui faire manger d’autres plats. Lucas, entêté comme personne, a même déjà laissé des assiettes entières de lasagnes ou de poulet-frites!!!
La mère, désemparée par la situation alimentaire de son enfant, mais fatiguée et lasse de tenter de lui faire aimer d’autres plats, s’est mise en quête de prévenir l’entourage du petit sur ses goûts culinaires assez « restreints ».
Depuis, chaque fois que Lucas rend visite à ses grands parents dans le Loiret ou à sa tante sur la Côte d’Azur, il est assuré de déguster une authentique purée accompagné d’un steak-haché acheté le matin chez le boucher.

De même, quand il va manger tous les mercredis midi chez son copain de classe Justin, sa mère lui prépare tout spécialement son plat préféré.

L’autre jour, c’était l’anniversaire de Soufiane, le voisin de Lucas. Pour l’occasion, les parents de Soufiane avaient préparé une surprise à leur petit dernier : ils ont organisé un déjeuner avec tous les copains du gamin. Au menu pour les petits loulous, une véritable invitation au voyage : un tajine de kefta avec une sauce tomate, un plat typique du pays d’origine des parents de Soufiane ; et pour Lucas, un steak hachée purée…..

– Et alors, pourquoi tu me racontes cette histoire, en plus elle n’a pas de fin ton histoire ?

– Ben tu vois, la mère de Lucas, elle fait comme Facebook. Elle prend en compte seulement les goûts de son fils et les diffuse aux personnes qui seront en contact avec son enfant.

– Je ne vois pas où est le problème ?

– Le problème, c’est l’enrichissement vs le conditionnement. Si tu affirmes que tu aimes le jaune, on ne te montreras que des choses en jaune et même si ce pull bleu de Jean Paul Gauthier est susceptible de t’intéresser, on ne te le monteras pas puisque tu as déclaré aimer le jaune et pas le bleu ».

 
Analyse :
Mes craintes vis à vis de cette sémantisation du web via l’Open Graph de Facebook , c’est de catégoriser des personnes selon des techniques marketing assez désuètes et de leur proposer qu’une sélection de contenus (et produits marchands) selon des filtres de statuts.
L’Homme évolue, ces centres d’intérêts aussi… L’organisation du web centrée sur la navigation de l’utilisateur est une intention louable mais il ne faut pas réduire le spectre au risque de voir se former des groupes formatés.

Cette vision met à mal le principe de sérenpidité, qui permet à tout un chacun de trouver ce qu’il ne cherche pas. La richesse est dans l’échange, la richesse est dans la connaissance… Contrairement au partenariat contracté avec Wikipédia, la sémantisation by Facebook me parait quelque peu réducteur …. et abrutissant. Voilà, c’est dit.

Votre avis ?

Une réflexion sur “Le web sémantique par Facebook et l’histoire de l’enfant qui n’aimait que le steak-haché purée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s