Plyce, du ludique au business

Vous connaissez Plyce ? L’application mobile de géolocalisation sociale sortie en avril 2010, permettant de partager les meilleures adresses, de gagner des points et des médailles et de retrouver ses amis. La start-up française crée par Martin Destagnol, était initialement conçu comme alternative à Foursquare ou Gowalla.

Conscient de la forte concurrence outre Atlantique et sûrement peu sûr de son business model, Plyce a décidé de se repositionner en changeant le service de façon radicale : exit la couche sociale où l’on retrouve ses amis ; fini aussi la dimension ludique où l’on gagne des badges virtuels récompensant notre fidélité. Plyce devient une application utilisant la technologie de géolocalisation et référençant les bons plans (réductions, promotions…) à proximité de l’utilisateur.

Fusion avec Promogaïa

Plyce s’est adjoint les services de Promogaïa, une application proposant des bons en plans en géolocalisé. Plyce a donc lancé sa nouvelle application la semaine dernière avec une offre assez pléthorique : 30 000 bons plans dans 30 000 points de vente différents.
La qualité et la quantité des offres devraient permettre à Plyce de faire décoller le nombre de téléchargements. Mieux, Plyce passe d’un business model peu évident à un système de rémunération négocié avec les enseignes. Plyce compte donc sur les offres de lancement (deals avec Gap et Hertz notamment) pour acquérir une base importante d’utilisateurs. Vraisemblablement, Plyce tire aujourd’hui ses revenus d’un pourcentage prélevé sur les bons plans débloqués par les utilisateurs. Plyce a donc tout intérêt à proposer des offres séduisantes qui transforment au maximum sur de l’achat.

Un système simple… et sécurisé

Mon tempérament un brin curieux, je n’ai pas attendu avant de tester. Étant dans un centre commercial, j’ai lancé l’app qui me proposait pas loin de 3 offres à moins de 100 mètres. L’offre H&M a particulièrement retenu mon attention : 10€ en carte cadeau pour 3 passages (en effectuant un check-in dans un point de vente H&M)

Lors de votre check-in, vous devez prendre une photo afin de bien prouver que vous vous trouvez effectivement dans un point de vente H&M. La validation a posteriori de votre localisation par les équipes de Plyce permet de repérer les éventuels fraudeurs.

Le système instauré par Plyce convient notamment aux enseignes disposant de nombreux points de vente. En l’espèce, l’offre fonctionne dans les 140 H&M présents sur le territoire français.

Verdict ?

Foursquare et maintenant Facebook Places via les Deals positionné sur le Social Shopping, les dirigeants de Plycce savaient que les perspectives de l’app en V1 seraient limitées. En délaissant le côté ludique et la couche sociale (la popssibilité de retrouver ses amis), Plyce se positionne sur un modèle éminemment connu (les bons plans) et y ajoute une couche technologique pour proposer un service attrayant pour les consommateurs. S’affranchissant également du module de commentaires et des freins des commerçants liés aux commentaires négatifs (gestionde l’e-reputation), Plyce lève le maximum de barrières à l’achat.

Du Social Game au Geo-location business service, Plyce semble avoir trouvé un business model..et un public captif :  « quand l’aspect ludique se meurt au profit de l’utilité » ou « que le geek ne représente pas une monnaie assez forte face au consommateur« . Souhaitons bonne chance à Plyce pour cette renaissance !

Soon : les Check-in deals de Facebook Places

La  rumeur enfle depuis ces dernières heures aux US : Facebook serait en beta test sur des fonctionnalités business de son application Places. Selon AllFacebook, Facebook serait notamment en train de tester une offre « 1 produit offert pour un check-in avec 3 amis taggés » avec une sélection de partenaires.

La firme de Palo Alto est plutôt discrète à ce sujet et ne souhaite pas commenter les fuites qui se propagent sur les blogs Social Media aux US. AllFacebook a récupéré un e-mail envoyé par Facebook à un beta testeur de Chek-in Deals.

Il est à noter que Facebook emploie le terme de « followers » pour désigner les personnes suivant un lieu. Selon tout vraisemblance, Facebook proposera aux business des statistiques et une interface de monitoring de leur deals.

L’analyse

A mon sens, Facebook suit bien sa feuille de route. Après avoir démocratisé les usages de la géolocalisation ( ou plûtot diffusé au plus grand nombre) sur le news feed de ses 500 Millions de membres, Facebook s’apprête à lancer une fonctionnalité business pour que les point de ventes, commerces… locaux puissent bénéficier de la puissance et de la viralité du réseau social.

Jusqu’à présent, les principales critiques émises au sujet des services de géolocalisation comme Foursquare, Gowalla, Loopt ou bien sûr Facebook Places est le déficit d’incentives liés à de la localisation dans différents endroits. Pour en avoir parlé au niveau local avec des utilisateurs de Foursquare, il est vrai que beaucoup se lassent de n’avoir que la dimension ludique (badges, mayorships) comme objectif. Facebook Places for deals cumule l’ensemble des pré-requis pour devenir une succes story : les business (même les petits commerces) sont déjà sur Facebook et tissent quotidiennement des relations avec leur communauté respective. Une nouvelle fonctionnalité destinée à recruter ou fidéliser des clients via des offres spéciales sera un levier supplémentaire d’engagement auprès des clients et de développement business.

Ce qui paraît aujourd’hui incontournable, c’est la croissante utilisation du social graph de l’utilisateur pour viraliser des deals.
Prenons un exemple. Une boulangerie lance un « check-in deal » pour l’épiphanie : « Une  frangipane offerte pour tout check-in où 5 de vos amis sont taggués ». Vous conviendrez qu’il y a peu de chances que les 5 amis de l’utilisateur soient présents dans la boulangerie. Et c’est par ce « biais » (double sens) que les commerces vont pouvoir développer du bouche à oreille en hyperlocal.

La mécanique est simple : un ami à moi se checke dans la dite boulangerie de mon quartier en me tagguant. Je suis averti par un message Facebook et ma localisation apparaît dans ma news feed. Je suis alors informé de l’existence du deal et peut moi- même en profiter en me localisant en tagguant 5 amis dans cette fameuse boulangerie.
Je ne souhaite pas développer les potentiels dangers que peuvent soulever ce genre de deals au niveau de la gestion de la vie privée des utilisateurs mais il convient de dire que ces dispositifs présentent certains risques de rejet (accès aux données du profil, localisation on souhaitée).

Un peu de patience alors, le service sera disponible vraisemblablement sous peu aux US et dans quelques mois (comme toujours) en France. Les usages sont à inventer et je suis persuadé que nous serons prochainement étonnés de la créativité de certains dispositifs (et des deals) proposés par des commerces. A suivre !

Sources :
ReadWriteWeb
AllFacebook